Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)
Polisse (2011) : Coupables et coupable

Un noble principe serait de ne pas critiquer trop brutalement la création intellectuelle ou artistique. « Je ne suis pas d’accord avec vous mais je me battrai pour que vous puissiez le dire » disait Voltaire. Dans le cas de Polisse il me paraît nécessaire de déroger à cette règle car les déploiements de violence doivent être légitimés par une fin juste. En brutalisant, Polisse laisse de côté l’objectif originel du cinéma : donner une âme aux personnages.

Toutes les classes sociales passent au travers d’une machine à caricaturer enfermant les individus dans leur case de coupable ou de victime, leur niant toute possibilité d’une personnalité plus complexe. Seuls les asiatiques ont la chance de s’en sortir dignement, son représentant étant « seulement » accusé de bigamie, sans d’ailleurs que l’on ne puisse percevoir de lien avec la protection des mineurs.

Dans le générique, un membre de l’équipe a été chargé du « contact avec les camps roms » ; comment (faire) accepter d’être dépeint comme vivant du proxénétisme ?

Au terme de deux heures d’une violence insoutenable, quelle conclusion tirer du film ? Que la police fait un métier difficile ? Pour ce « prix » on aurait été en droit d’attendre un regard inhabituel ou à minima tracer une voie vers l’amélioration des mauvaises conditions de travail des policiers. Mais après un tel déferlement toute tentative d’analyse est impossible. Ce qui explique peut-être le peu de débat par rapport à La Journée de la Jupe par exemple.

En fin de compte, parmi tous ces êtres violés, le seul personnage à se refaire une virginité est Joey Starr, qui bénéficie d’un rôle d’une réelle humanité. On se questionne alors sur les motivations de cette entreprise de révisionnisme. Quand parmi les pires horreurs humaines sont prises en otage d’un égo-trip abjecte, le sentiment de dégoût nous accompagne à la sortie du cinéma.

andbeyond, Mercredi 07.03.12, 23.30, rubrique "The world".
Lire le balcon ! (suite de l'article + 0 commentaires)


“En secret”, 2011 (Circumstance) : Follow the Mainline or the branch line ?

Les deux héroïnes n’auront jamais été forcées à briser leur passion amoureuse – la possibilité de l’étranger est bien présente. Il y a simplement des « rails » sur lesquels il est plus facile d’avancer. Plutôt que de bifurquer et de s'aventurer sur un chemin de traverse, pour y trouver son bonheur.

Pleinement inscrit dans son époque, ce film majeur nous offre au-delà de l’histoire d’amour, un balcon sur le dévoiement de la classe moyenne éduquée en Iran. Implacable délitement car l’ennemi est à l’intérieur même de la famille ; cette structure centrale et déployée au Moyen-Orient.

Le droit est sorti de son idéal original pour se concentrer sur le contrôle de l’autre. Le protagoniste, homme brillant promis à une honorable carrière abandonne excellence intellectuelle pour des pratiques oppressives, submergé par le sentiment de délégitimation du mâle.

On y voit que l’autoritarisme prend aussi des formes diffuses, et que celles-ci réussissent à transformer la société avec tout autant d’efficacité que les méthodes plus brutales.

Nous ne pouvons rester insensibles au délitement du tissu social iranien car dans nos sociétés interconnectées, nous en vivons -même ici- les conséquences. En face, la société occidentale est au coeur d'une crise financière et économique. Ces dernières semaines l’Iran est revenu sur le devant de la scène et la probabilité d’un conflit militaire est élevée. Les grandes puissances ont chacune choisi leur camp. Qui défendra la paix ? Ou à minima la prise de distance et la négociation ?

La jeunesse ? Tout le paradoxe sublimé par le film est ici. Nous découvrons brutalement que le droit à vivre une vie insouciante ne peut être atteint que dans le cadre d’un combat qui éloigne de l'insouciance recherchée. Choisir entre soumission et résistance est en fin de compte impossible car aucun n’est véritablement réconfortant. Pour les jeunes iraniens épris de liberté le combat est rude car il n’est pas seulement contre une bureaucratie, mais contre une idée-force non dénuée de légitimité, celle du primat des « valeurs morales ». Finalement la séduction des rails est tenace...

J’ai été terriblement touché par cette œuvre qui construit une tension tout en finesse. L'ironie que l'on peut toutefois entrevoir est que dans sa recherche de la liberté l’héroïne choisisse une terre de rêves et d’opportunités, dans laquelle les relations homosexuelles sont aussi réprimées.

andbeyond, Vendredi 10.02.12, 01.34, rubrique "The world".
Lire le balcon ! (suite de l'article + 1 commentaires)


The Story of Stuff.
Superbe vidéo, un true gem : http://fr.youtube.com/watch?v=jHLJtCW4mQU

Elle nous montre que l'on est arrivé au bout et aux limites de ce que l'humain peut extraire, travailler et consommer.
On verra donc de notre vivant la mutation vers un système durable, basé sur la décroissance.
Cet espoir nous portera et redonnera le sens à nos vies qui nous manque cruement.

Toute la difficulté de la manoeuvre sera de modifier profondément le système économique - et surtout monétaire. Il a en effet été conçu sur une base d'une économie en croissance persistante.
C'est pour cela que chaque crise cause des drames humains.

Comme la croissance économique ne peut plus être garantie - arrivant au bout de nos ressources naturelles, note système capitaliste est aujourd'hui obsolète (ou a 10 ans près).
Je le répète pour bien savourer le moment : le capitalisme est obsolète.
(Mais j'ai pas dit le libre marché hein. Le capitalisme. Ni plus mais ni moins.)

Notre botte secrète, ici, qui nous aidera à reconstruire, ce sera notre instinct de survie.
Et pour l'instant, il n'a jamais déclaré forfait.

(Wow.)
andbeyond, Dimanche 26.10.08, 00.11, rubrique "The world".
Lire le balcon ! (suite de l'article + 0 commentaires)


"Entre les murs."
Putain quel film.

Mon top 2, avec Persepolis.

Le fossé entre les mondes et les cultures.


Une plongée au sein du dernier système d'autorité de la société.
L'univers scolaire n'a pas changé alors que nos sociétés ont pris le virage libertaire.
Cela me donne envie de penser que cette société de demain -libertaire comme jamais- est plutôt une avancée positive.
Même si on doit se souvenir que toute liberté supplémentaire vient avec un peu moins de sécurité.

Le film décrit une lutte entre cette structure de pouvoir surrannée qui impose des règles vs. une jeunesse pleine d'imagination et d'espoirs qui attends à être inspirée et surtout une façon concrète d'agir.
C'est une lutte car personne n'en est vainqueur. Manque d'écoute de l'autre, d'objectifs communs ?

Ca m'a beaucoup rappellé mon école de commerce en fait...

*

Les films veulent nous faire passer des messages.
Les conversations qu'ils créent sont commes des balles.
A nous de les voir, de les saisir, puis de les renvoyer.

Au-delà du divertissement du week-end, c'est un puissant catalyste pour faire évoluer les visions et mener notre société vers le changement.

andbeyond, Samedi 04.10.08, 17.01, rubrique "The world".
Lire le balcon ! (suite de l'article + 0 commentaires)


La France.
Un anonyme a posté ça quelque part, et j'ai trouvé cette description du village gaulois... intéressante :

- The state - and its bureaucracy - is the foundation of the nation.
- It's a country that is split along many lines.
- It's a country with a (self-defined) mission.
- It is conservative, but has a history of progressing through revolutions.
- Art and culture come first.
- Anglo-Saxon style survival of the fittest and invididualism is abhorred.

Pretty much everything follows from that.

andbeyond, Mercredi 24.09.08, 21.21, rubrique "The world".
Lire le balcon ! (suite de l'article + 0 commentaires)


La massification sonore.

La voici :

Elle est en nous.
C'est 500.000 baffles qui vibrent, en même temps, sur le même beat.
Partout dans le monde.
Monaco, Macau, Montevideo.
Transendant les cultures, les résistances.

Elle nous rassemble dans un monde où nos liens ont tendance à s'effriter.

andbeyond, Mercredi 23.07.08, 22.02, rubrique "The world".
Lire le balcon ! (suite de l'article + 0 commentaires)


Paris.

*

What's amazing with Paris and its region are contrasts. From one world to another... in a few kilometers.
Even if these worlds stand next to each other, they sparsely talk and communicate.


Is there really only five kilometers between these two shots ?
N'y-a-t-il vraiment que cinq kilomètres qui séparent ces deux photos ?


(source photos : 1, 2)

What can we say about this ? There is no "one Paris". Depending on where you grew up, you are living in one planet or the another.
With visible boundaries, with few hope for change, as the differences are so deeply rooted.
When the people try to voice what they have on their hearts, more often than not it comes out violently...

Que pouvons-nous en dire ? Il n'y a pas un Paris.
C'est comme si nous sommes tous d'une planète différente. Selon de quelle communauté vous venez, vous êtes dans une planète ou une autre.
Avec ses frontières visibles, son peu d'espoir de changement car les différences sont tellement profondément ancrées.
Tous ces styles de vie et ces cultures communiquent peu entre eux.
Quand toute l'émotion refoulée tente de sortir, cela ressurgit souvent violemment...

Plus personnellement, les contrastes et les différences que je vis quand la région défile le long de ma peau me sidèrent souvent et me traumatisent parfois... l'espace d'une journée ou d'un rêve.

*

andbeyond, Dimanche 20.07.08, 18.39, rubrique "The world".
Lire le balcon ! (suite de l'article + 0 commentaires)


Médias.
Mon stage s'achève très tranquillement, sous ce ciel de juillet qui se bonifie agréablement.
Il était très instructif au sens que l'on comprend mieux les ressorts des médias après les avoir vécus "de l'intérieur".

La communication comprend toujours une part de fiction. Pourquoi ? La nécessité de convaincre.
Les meilleurs communiquants arrivent à trouver un bel équilibre entre cette fiction, qui crée ces émotions convaincantes et l'exactitude (voir la véracité) des informations qu'ils transmettent.

Ainsi, on crée des récits que l'on construit comme des romans, avec leurs intrigues, leurs héros auxquels on peut s'identifier ; une part dramaturgique indéniable.
En fait, la part de flou entre réalité et fiction est très puissante en ce sens qu'elle captive, retient et fascine.

Les journaux TV sont construits de cette manière.
On part des émotions que l'on souhaite transmettre (typiquement la peur et l'angoisse en début de journal et le bonheur, l'espoir en fin), puis l'on va piocher dans "l'actualité" (les dépêches "pures" AFP) des informations qui servent notre objectif, notre ligne. On va alors les recontextualiser, en leur ajoutant un narratif riche, pour leur donner une perception et un impact.
Puis on va packager le tout dans un ensemble cohérent et homogène, la soupoudrer d'aura divine (la fameuse information présentée comme "neutre et non-biaisée").
Servi très frais chaque soir à 20 heures tapantes.
Le style d'écriture romanesque, cinématique et ce fameux flou est le ressort de ces programmes.

Une certaine chaîne maîtrise très bien ces ressorts et les a poussé à l'extrême, avec le succès que l'on sait, sous l'impulsion d'un présentateur... écrivain et... passionné de littérature... tiens tiens... intéressant non ?

La bonne nouvelle, c'est que les écrivains, scénaristes, réalisateurs de tout poil ont un avenir exceptionnel devant eux ; et le bonheur de savoir que leurs productions possèdent un impact sans commune mesure sur les personnes et leur perception du réel.
Comme tous les supers-pouvoirs, leur moralité dépend de l'utilisation que l'on en fait.
A eux de défendre de belles valeurs !
andbeyond, Lundi 14.07.08, 10.24, rubrique "The world".
Lire le balcon ! (suite de l'article + 0 commentaires)


Laule.


Devant un bar à Stockholm.

andbeyond, Mercredi 09.07.08, 23.32, rubrique "The world".
Lire le balcon ! (suite de l'article + 0 commentaires)


Evolutions.
Dans le cadre de mon petit business, je travaille beaucoup avec une boite de Malaisie.

Ce mois-ci, une heureuse marketeuse s'est vu élire employée du mois.
Je vous cite, texto, en VO, le contenu de son joli diplôme.

Why everyone loves her?
  • Working overtime
  • Punctual to work
  • Doing work when at home
  • Eager to learn more inside or outside job scope
  • Self learning

Je crois que ça remet en question beaucoup de choses...
Différence de culture évidemment, n'oublions pas aussi que dans le cadre d'un monde globalisé le nivellement se fera violent ces prochaines années.

Va t-on dans le bon sens... ?
D'ailleurs, quel est le bon sens ?
Celui des gens ou celui du système ?

Dans le pays, on a du mal à se mettre d'accord sur la direction dans laquelle on devra s'engager, corps et âme, sans retour, sans regard en arrière, en oubliant toute forme de nostalgie.

Moins de mépris, plus d'empathie, moins d'égos, plus de proximité.
Peut-être cela rapprochera nos points de vue...
andbeyond, Lundi 02.06.08, 00.19, rubrique "The world".
Lire le balcon ! (suite de l'article + 0 commentaires)


Articles suivants


© 2004-2008 * autorisation expresse nécessaire pour toute reproduction ou citation (cf. article L. 111-1 Code de la Propriété Intellectuelle)